Notre objectif :

  • En Seine-Saint-Denis, nous avons le droit au beau ! Cette philosophie a guidé le projet urbain de Pantin au cours des dernières années. Aujourd’hui, on reconnaît à notre territoire sa desserte, ses équipements et une réelle qualité de vie.
  • Mais les défis sont encore nombreux : la lutte contre l’habitat insalubre et les marchands de sommeil, le combat pour la mixité sociale, la réduction des fractures physiques dans et en lisière de la ville.
  • Les prix des loyers et du mètre carré se sont envolés au cours de ces dernières années en première couronne parisienne. Un couple de classe moyenne trouve difficilement à se loger et l’arrivée d’un enfant s’accompagne bien souvent d’un déménagement vers la 2e ou 3e couronne. À Pantin, les parcours résidentiels sont plus complexes, et ce dès le début de la vie active. Nous utiliserons tous les leviers possibles pour réguler le marché de l’immobilier.

Le témoignage

Emma Gonzalez-Suarez

Toute ville a des défauts, des insuffisances et reste perfectible. C’est le signe qu’elle est bien vivante, toujours en mouvement, en développement. Cela ne doit pas empêcher l’ambition : pour nous, Pantin doit être une ville avec toujours plus d’harmonie ! Tout commence par l’équilibre social. L’habitat est un bon levier pour y parvenir. À Pantin, grâce à l’obligation faite aux promoteurs d’inclure 33% de logements sociaux dans chaque nouvelle construction, et grâce à la diversité des moyens d’accès au logement, se croisent dans une même rue des personnes venues de tous les horizons. C’est cela une ville harmonieuse : une ville où chacun doit pouvoir vivre avec dignité et sérénité.

Notre totem

Développer les « baux réels
solidaires » et l’accession sociale
à la propriété :

Face à l’envolée des prix fonciers et immobiliers, de nombreux ménages à revenus modestes ou moyens ne parviennent pas à accéder à la propriété. Pour tenter d’y remédier, la gauche a créé en 2016 le « bail réel solidaire » (BRS), dispositif qui permet de dissocier le foncier du bâti pour faire baisser le prix des logements. Concrètement, une personne achète un logement mais le terrain reste propriété d’un organisme de foncier solidaire. Pour la première opération de ce type, rue Lakanal, les prix de vente ont été réduits de 48% pour la partie réhabilitée et de 34% pour les logements neufs, par rapport aux prix du marché de l’immobilier dans le quartier. Evidemment, ce dispositif bloque toute possibilité de plus-value en cas de revente. Convaincus de l’intérêt de ce modèle immobilier novateur, nous souhaitons faire émerger sur le territoire un office de foncier solidaire permettant la réalisation d’opérations d’accession sociale en BRS.

Nos repères

Pantin, c’est déjà :

  • De 32% en 2001 à 39% aujourd’hui de logements sociaux sur l’ensemble de la ville.
  • 300 nouveaux logements construits en moyenne par an.
  • 25 millions d’€ consacrés à la lutte contre l’habitat insalubre et 37 immeubles insalubres détruits depuis 2007.
  • 225 millions d’€ pour la rénovation des Courtillières.
  • Un patrimoine rénové et vivant : Grands Moulins de Pantin, Magasins généraux, chaudronnerie Lebel, établissements Louis, Halle Lafaille…
  • Un nouveau cœur de ville, place Olympe de Gouges ; un nouveau quartier sur le canal.
  • La mise en place du dispositif « Un toit pour elle » afin de reloger desfemmes victimes de violences.

De l’innovation

  • Transition sociale : candidater à l’expérimentation du dispositif d’encadrement des loyers prévu par la loi ALUR.
  • Transition citoyenne : déployer un projet de bricothèque au sein de la cité de l’Eco-Habiter pour préparer l’évolution nécessaire dans l’habitat.
  • Transition écologique : inscrire dans la charte des promoteurs davantage d’exigences environnementales, sur les matériaux bio-sourcés, les récupérations d’eau de pluie, la végétalisation du bâti et la préservation des arbres existants.

Les + citoyens

Propositions issues de la rencontre des 30 janvier et 6 février

  • Améliorer les dessertes de transports aux Courtillières, en soutenant le doublement des navettes 330, l’augmentation de leur fréquence et leur passage à des modèles électriques.
  • Négocier avec la SNCF un accès à la gare de Pantin par le quartier des Quatre-Chemins.
  • Poursuivre la politique exemplaire que mène la ville contre le logement insalubre, notamment dans les quartiers des Quatre-Chemins et des Sept-Arpents.

Nos actions clés :

+ Entamer la réhabilitation de l’îlot27 avecl’ANRU, prévoyant le déplacement de l’école et l’installation d’une mini-forêt urbaine en cœur de quartier.
+ Favoriser un dispositif de location solidaire et maîtrisée à travers les réseaux d’agences immobilières à vocation sociale.
+ Accompagner la création d’un espace de ressources pour la réhabilitation afin de répondre aux besoins du patrimoine immobilier existant et favoriser l’éco-construction.
+ Créer un guide répertoriant le degré d’accessibilité des rues, des transports, des lieux publics et des commerces et engager des travaux sur les zones les plus difficiles d’accès.
+ Poursuivre le plan de mise en accessibilité de la voirie communale.
+ Établir une charte-qualité du service rendu aux locataires et d’entretien du bâti avec les principaux bailleurs sociaux.
+ Poursuivre la réhabilitation du patrimoine historique de notre ville et de l’ensemble des lieux de mémoire (Église SaintGermain l’Auxerrois, Hôtel de Ville, Piscine Leclerc, Quai de la Mémoire).
+ Expérimenter dans le cadre d’opération d’aménagement publique des projets d’habitat
participatifs.
+ Promouvoir et accompagner les formes de cohabitation intergénérationnelle et de colocation.
+ Rénover ou reconstruire le foyer des travailleurs migrants des Quatre-Chemins et créer un centre d’hébergement d’urgence pour les personnes en errance.