Notre objectif :

Nous voulons développer une nouvelle fabrique des politiques locales qui permette de :

  • rapprocher les citoyens éloignés de la politique,
  • soutenir les Pantinois qui veulent s’engager dans la mise en œuvre de projets à dimension sociale, environnementale, économique,
  • innover dans les rapports entre les habitants et les institutions, en créant des espaces de dialogue et d’échanges.

Le témoignage

Mathieu Monot

Pour nous, la ville de demain sera surtout citoyenne. Le climat politique actuel, la crise économique et sociale qui secoue notre pays en font la démonstration. Nous ne pouvons nous satisfaire de l’incompréhension – pire, de la défiance – qui s’installe entre le peuple et les institutions, entre les habitants et leurs élus. Là se trouve tout l’intérêt de la démocratie participative pour garantir le lien social. Elle ne doit pas être clivante mais rassembleuse. L’expertise d’usage permet bien souvent des mesures de bon sens. C’est ainsi que démocratie participative et démocratie représentative doivent se nourrir l’une de l’autre… À nous d’inventer de nouvelles formes de consultation et d’association des habitants… pour continuer à faire de Pantin une ville où l’on partage des projets et l’on aime le débat !

Notre totem

Une « fabrique de la citoyenneté », de l’engagement et des projets participatifs.

Avec son dynamisme associatif et participatif, Pantin manque encore d’un lieu d’accompagnement des projets d’engagement citoyen, écologique et solidaire. Jeunes et moins jeunes ont besoin de pouvoir se croiser et construire ensemble des alternatives citoyennes et écologiques.

  • Un point d’entrée unique pour tous ceux qui ont un projet et qui cherchent de l’information, des partenaires, à être orienté.
  • Un lieu de rencontre, de recherche de partenariats entre porteurs de projet (qu’ils soient simples citoyens, associations ou même entreprises).
  • Une vitrine pour faire connaître son projet (s’il est d’intérêt communal).
  • Un lieu de recherche de financements à travers des outils de financement participatif (crowdfunding, fonds d’initiative citoyen de type cigale…)
  • Un lieu pour favoriser l’implication des plus âgés et des publics fragilisés/éloignés par un accompagnement spécifique à la participation citoyenne.

Nos repères

Pantin, c’est déjà :

  • Le budget participatif le plus participatif de France.
  • La généralisation des concertations pour les projets d’aménagement d’espaces publics : rues, parcs…
  • De nombreuses instances participatives : conseil des enfants, conseil des jeunes, comité vélo, conseil citoyen, observatoire des engagements du budget participatif.
  • Une maison des associations.

De l’innovation

  • Transition sociale : faire de la maison du projet des QuatreChemins un lieu d’échange, de débats et de concertation accessible à tous.
  • Transition citoyenne : créer un open-data local pour favoriser la transparence de l’action publique et l’accès à un maximum d’informations et d’archives.
  • Transition écologique : organiser, chaque année, une « journée des citoyens ». Il s’agira, au cours d’une journée festive, de se mobiliser pour améliorer le cadre de vie. Nettoyage des rues, des trottoirs, des espaces verts, des parcs et jardins, réparation du mobilier urbain… Chacune et chacun, jeune ou moins jeune, en famille, entre amis ou voisins, pourra apporter sa contribution.

Les + citoyens

Propositions issues de la rencontre des 29 et 30 janvier

  • Faire des conseils de quartiers de véritable lieux de débat et d’imagination de la ville de demain. En partant des besoins exprimés par les citoyens, en partageant avec eux les contraintes imposées à la ville et en les associant à la définition des critères de choix, nous construirons avec les conseils de quartiers notre projet de ville.
  • Optimiser l’usage des bâtiments publics pour augmenter le nombre de lieux où se retrouver, se dépenser, partager… Plusieurs espaces existent, mais ne sont aujourd’hui pas suffisamment mobilisés. De nombreux équipements publics ne sont, en effet, utilisés qu’une poignée d’heures… C’est le cas des écoles et de leurs réfectoires ou de nos centres de loisirs et de vacances. Sur les plages horaires d’inoccupation, ils pourraient servir à d’autres usages, réduisant d’autant les coûts de fonctionnement. Plus globalement, nous voulons aller vers une mixité fonctionnelle des espaces, afin de faire cohabiter les usages et créer de nouvelles interactions entre les habitants.

Nos actions clés :

+ Doubler le montant du budget participatif d’ici 2026.
+ Concevoir un nouveau parcours de l’usager, afin de rendre le service public toujours plus accessible, accueillant et à l’écoute de la situation de chacun.
è Généraliser la gestion urbaine et sociale de proximité : balades de quartier avec les habitants, les élus, les services de la ville et du territoire, les bailleurs et les forces de l’ordre, afin de soulever les soucis du quotidien et de les résoudre.
+ Créer un droit de proposition populaire pour permettre aux citoyens de soumettre une idée, une initiative, un projet aux commissions qui se réunissent en amont du Conseil municipal.