Notre objectif :

Le GIEC (Groupe d’experts sur l’évolution du climat) prévoit des pics de chaleur à 50° d’ici à 2050. Nous devons agir aujourd’hui pour éviter qu’il soit insoutenable de vivre à Pantin demain. Nous sommes convaincus que Pantin peut s’engager davantage et faire partie des villes exemplaires en matière de transition écologique. Pour nous, la nature doit retrouver ses droits en ville avec de l’agriculture urbaine, sur les toits et les façades, mais aussi dans les rues et sur les places. C’est une véritable stratégie de rafraîchissement urbain que nous entendons mener.

Le témoignage

Nadia Azoug

À Pantin, comme dans le reste du pays, nous avons souffert des épisodes caniculaires l’été dernier et des violentes tempêtes cet hiver. Outre ces phénomènes, la perspective de recrudescence des inondations et des incendies ravageurs impose de changer notre façon de penser. La responsabilité de l’être humain est indéniable et nous devons tendre vers le changement des comportements individuels et collectifs. Nous redécouvrons que les villes peuvent devenir de véritables réservoirs de biodiversité, permettant de contribuer à notre échelle à faire face à la 6e extinction de masse des espèces. Pour ce faire, elles doivent faire revenir la nature dans leurs quartiers !

Notre totem

Créer une forêt urbaine à Pantin. Les bienfaits des arbres en ville sont nombreux. Ils améliorent la qualité de l’air en absorbant les polluants et en fixant des particules fines ; ils participent à l’atténuation du réchauffement climatique global en stockant le CO2 Avec leur ombrage, ils permettent aussi de lutter efficacement contre le phénomène d’îlots de chaleur urbains et représentent un support de biodiversité, permettant la présence de multiples espèces de champignons, plantes, insectes, oiseaux… Leurs tailles et leurs couleurs participent à la diversité et à la qualité des paysages urbains. C’est la raison pour laquelle nous mènerons une politique encore plus ambitieuse en faveur de la place des arbres en ville. D’ici 2026, nous planterons notamment une forêt urbaine de plus de 3 hectares dans le futur éco-quartier, qui deviendra le poumon vert central de Pantin.

Nos repères

Pantin, c’est déjà :

  • La première charte de l’arbre signée en France.
  • Zéro pesticide dans la gestion des espaces verts depuis 10 ans.
  • 28 sites de la ville labellisés EcoJardin, reconnaissance de la gestion écologique des espaces verts.
  • De 14 à 25 hectares d’espaces verts en 20 ans, avec la création de 13 nouveaux espaces verts.
  • Des événements écoresponsables : Semaine du développement durable, Pantin boit bio, Marché paysan…

De l’innovation

  • Transition sociale : chaque Pantinoise, chaque Pantinois, doit avoir un espace vert à moins de 300 mètres de son domicile. C’est la raison pour laquelle nous végétaliserons l’ensemble des cours d’école de la ville pour en faire des cours « oasis ». Les cours dont l’accès peut se faire depuis la rue seront transformées en parcs publics le week-end et pendant les vacances scolaires.
  • Transition citoyenne : parce que nous sommes attachés à une alimentation de qualité, respectueuse de l’environnement et accessible à tous, nous créerons un label incitatif, en partenariat avec les professionnels des métiers de bouche et de restauration, pour favoriser les circuits courts et les produits bio ou issus de l’alimentation raisonnée, à des tarifs abordables.
  • Transition écologique : le respect de la nature passe également par une politique volontariste dans les gestes du quotidien. Nous ferons ainsi de Pantin une ville « zéro plastique » dans ses locaux et équipements.

Les + citoyens

Propositions issues de la rencontre du 29 janvier

  • Déminéralisation de l’espace public : expérimentation, en co-conception avec les riverains des différents quartiers pantinois, des « rues jardins » pour favoriser la vie locale et le partage de proximité.
  • Agriculture urbaine : proposer dans chaque projet urbain des parcelles de jardins partagés ou familiaux et développer en pied d’immeuble des espaces de jardins partagés avec des associations.
  • Découverte de la nature : création d’une ferme pédagogique.

Nos actions clés :

+ Réaménager le Parc Diderot des Quatre-Chemins avec un lieu de baignade (2020).
+ Penser tous les futurs projets urbainscomme des écoquartiers : matériaux bio-sourcés, îlots de fraîcheur.
+ Réduire le stationnement de surface, élargir les trottoirs, végétaliser, dé-bitumer, planter massivement des arbres et arbustes dès que cela est possible : végétaliser et piétonniser au moins 6 rues, prioritairement dans les quartiers ultra urbanisés (Quatre-Chemins, Sept-Arpents…), piétonniser les berges du canal, piétonniser (a minima aux heures d’entrées et de sorties) des rues devant les écoles, aménager un espace public de qualité devant et derrière l’hôtel de ville, véritable lieu de rencontre à la croisée des différents quartiers de la ville, piétonniser la rue Hoche, a minima, les jours de marchés.
+ Planter au moins 5000 arbres et augmenter nos espaces verts à plus de 35 hectares, pour développer une flore locale et couvrir toutes les strates de la biodiversité.
+ Lutter contre l’artificialisation des sols pour permettre l’absorption des eaux pluviales, favoriser la faune et la flore et lutter contre les îlots de chaleur urbains en été.
+ Agrandir le Square Vaucanson.
+ Aménager une bande plantée de 30 cm le long des façades des immeubles volontaires pour permettre la plantation de plantes grimpantes.
+ Élaborer un plan anti-pollution visuelle pour les affichages sauvages, les enseignes, les panneaux publicitaires, par la modification du règlement de voirie.

+ Participer à faire de la Corniche des forts, notre Cité de l’environnement, par des espaces d’apprentissages et de convivialité.
+ Favoriser la création d’un groupe d’« ambassadeursverts » constitué notamment de seniors et de jeunes visant à sensibiliser la population aux nouvelles pratiques écologiques.